Archives pour la catégorie Littérature



Angelica Garnett – Peintre/Ecrivain

Angelica est la fille de l’artiste peintre Vanessa Bell, sœur aînée de Virginia Woolf.  Angelica, née  le 25 décembre 1918, est une artiste-peintre et une femme de lettres britannique qui a pour frères aînés le poète Julian Bell et le peintre et historien Quentin Bell.

Angelica Garnett - Peintre/Ecrivain dans Littérature angelica-monde278x282

« J’ai le sentiment d’une existence à rebours.
Je suis beaucoup plus heureuse et plus jeune
que lorsque j’avais 20 ans
« 

Poursuivre la lecture ‘Angelica Garnett – Peintre/Ecrivain’

Haruki Murakami – Lecture

Image de prévisualisation YouTube

Quelques images vidéos de l’un de mes auteurs favoris, je ne suis pas déçue, jolie voix, la voix ça compte beaucoup ! Lol !

Les cahiers de Malte Laurids Brigge – Rainer Maria Rilke – Extrait

« Mécontent de tous et mécontent de moi -même, je voudrais bien me racheter et m’enorgueillir un peu dans le silence et la solitude de la nuit. Âmes de ceux que j’ai aimés, âmes de ceux que j’ai chantés, fortifiez-moi, soutenez-moi, éloignez de moi le mensonge et les vapeurs corruptrices du monde; et vous, Seigneur mon Dieu ! accordez-moi la grâce de produire quelques beaux vers qui me prouvent à moi-même que je ne suis pas le dernier des hommes, que je ne suis pas inférieur à ceux que je méprise. »

Poursuivre la lecture ‘Les cahiers de Malte Laurids Brigge – Rainer Maria Rilke – Extrait’

Elle passe des heures émues – Rainer Maria RILKE (Recueil : Les fenêtres)

Elle passe des heures émues
appuyée à sa fenêtre,
tout au bord de son être,
distraite et tendue.

Comme les lévriers en
se couchant leurs pattes disposent,
son instinct de rêve surprend
et règle ces belles choses

que sont ses mains bien placées.
C’est par là que le reste s’enrôle.
Ni les bras, ni les seins, ni l’épaule,
ni elle-même ne disent : assez !

Demeure – Sibylle Pieyre de Mandiargues

Demeure - Sibylle Pieyre de Mandiargues dans Cinéma demeur11

Court-métrage évoquant le parcours d’une jeune femme dans le lieu de son enfance, après la mort de ses parents. Sibylle Pieyre de Mandiargues est la fille de Bona et d’André Pieyre de Mandiargues.

A l’occasion du centenaire de la naissance du poète (et romancier, qui reçut le prix Goncourt en 1967, pour La Marge), la Maison de l’Amérique Latine présente, du 18 mars au 10 juillet 2009, une exposition qui s’articule autour de deux pôles : le premier est un ensemble documentaire où le voyage de Bona et André Pieyre de Mandiargues (mars à juillet 1958) au Mexique est évoqué à partir de l’exceptionnel album de photographies en noir & blanc dont Bona est le plus souvent l’auteur. Des extraits de textes de l’écrivain guident le visiteur tout au long de son parcours.
Le second ensemble, composé de manuscrits et de documents originaux, tels que les carnets de travail de Mandiargues, les lettres envoyées à ses amis, le journal de voyage de Bona, donnent à voir les différentes étapes du processus d’écriture et le soin avec lequel le couple garde mémoire des événements …

arton5934-31979 dans Littérature

Tristan Egolf – Belle et triste histoire

Tristan Egolf - Belle et triste histoire dans Littérature bP4YKyXTjk3ib8ihJk5cv2Lho1_400

Acteur et écrivain, Tristan Egolf publie Le Seigneur des porcheries en 1998, un premier roman qui le fait connaître du grand public. Son manuscrit a pourtant été refusé par plus de soixante-dix maisons d’éditions américaines. Pour gagner de l’argent, il fait du théâtre, de la peinture et s’installe à Paris où il joue de la guitare sur le pont des Arts. Il est repéré par la fille de Patrick Modiano. Celle-ci l’héberge et présente son roman aux éditions Gallimard, qui le signent. En 2002 il écrit un deuxième roman Jupons et violons, un autre, Kornwolf, reste inédit en français (est édité en français aujourd’hui !). La critique le compare à John Steinbeck et William Faulkner. Activiste politique, l’écrivain affiche au grand jour ses convictions. En juillet 2004, il est arrêté par la police en Pennsylvanie. Lors d’une visite du président George W. Bush, il forme, avec d’autres hommes en string, une pyramide humaine pour dénoncer les tortures dans la prison d’Abou Ghraïb en Irak. Tristan Egolf, que l’on disait dépressif, se suicide à l’âge de trente-trois ans, au moyen d’une arme à feu. (Wikipédia)

Poursuivre la lecture ‘Tristan Egolf – Belle et triste histoire’

Tristan Egolf – Le Seigneur des porcheries

Lord of the Barnyard, dont traduction littéral est   »Le Seigneur de la Basse-Cour »,   les éditions Gallimard auraient dû gardé le titre tel quel.

C’est à Baker, petite ville  américaine où se situe le récit.   John, le héros de l’histoire,  trouve un refuge en s’occupant de sa basse cour, c’est un solitaire, il n’aime pas la société des autres humains. Cette basse-cour est  sa seule raison de vivre, sa  fierté, qui compense les échecs relationnels de sa vie. Mais  en quelques heures, tout cela va disparaître,  submergé  par le déroulement catastrophique d’éléments naturels, John sera propulsé dans Baker, là où  régne violence, racisme, les pires tares humaines. Comment John Kaltenbrunner, malgré  les difficultés que  posent pour lui les rapports humains, résistera-t-il  à la bêtise humaine dont il va devenir la victime ?

Tristan Egolf - Le Seigneur des porcheries dans Littérature egolf_1

Les mots-feuilles (Elsa Triolet – La mise en mots – Extraits)

Je ne saurais être le Dr Doolittle, je ne suis qu’un exemple entre autres, à étudier comme d’autres, le cas échéant. Je parle de création, forte de ma seule ignorance, de mon expérience seule. Si je dis juste, des scientifiques reconnaîtront la chose, la nommeront, l’expliqueront. N’empêche que celui qui romance aura peut-être été le premier à découvrir cette chose, avant la science.

Il romance dans son langage intime, qui court dans le labyrinthe crânien à la vitesse d’une vie-seconde. Traduire ce langage-là en langage public, c’est comme limiter l’expression au code de la route. L’art d’une construction verbale qui provoquerait chez « l’autre », chez le correspondant, ce que l’expéditeur avait l’intention de provoquer, l’essentiel et ses prolongements, c’est l’art de la mise en mots, la transposition du « langage intime » en langage public de convention.

Les mots sont ces quelques feuilles qui créent l’illusion d’un arbre avec toutes ces feuilles, l’illusion de tout dire, non seulement l’arbre mais encore sa fraîcheur, l’ombre, l’abri, l’âme. La convention des mots, toile peinte, maquillage, rend ambigu leur sens incomplet. Les textes de lois, tracts, publicité, qui exigent un comportement précis de ceux à qui ils s’adressent, se gardent bien du vague, mais les lois s’interprètent comme les tracts, la publicité rate souvent son coup, et même les simples interdictions manquent de netteté : à l’interdit de fumer, on a pu ajouter, même une Gitane. Voilà qui est plus clair. Exemple d’une interdiction et d’une publicité également précises.

L’art de dire tout l’arbre. Il suffit de prononcer arbre pour en avoir une idée, chacun sait nommer une chose, un sentiment, un fait – j’ai faim, j’aime, je souffre – pour en dire plus, il faut un don particulier… L’humanité entière parle, le créateur romance, ses mots-feuilles fleurissent sur le faux-semblant d’un arbre. (Elsa Triolet – La mise en mots)

Les mots-feuilles (Elsa Triolet - La mise en mots - Extraits) dans Littérature Triolet

Michel Leiris – Mots sans mémoire – Extrait

Ainsi parlaient les nuages dans leur langue de tonnerre, sans parvenir à couvrir la voix dont les vibrations oscillaient entre deux pôles (celui de l’amour et celui de l’esprit) et tendaient à substituer aux arêtes cristallines les algues mouillées et les fleurs carnivores de l’amour, remplaçant par l’aventure tropicale en ceinture d’herbe tiède, les plaines mortes et gelées de l’esprit immobile.

Michel Leiris - Mots sans mémoire - Extrait dans Littérature 099b

1...678910...15

Tout oublier. Ouvrir la fenêtre. Vider la chambre. Elle est traversée par le vent. On ne voit que le vide, on cherche dans tous les coins et l'on ne se trouve pas. F KafKa

Auteur:

athisha

Mon nouveau Forum

http://athisha.forumactif.net/
  • Album : Mapplethorpe - Photographe
    <b>robertmapplethorpe.jpg</b> <br />

J’adore !

J’adore !

«On n'est peut-être pas fait pour un seul moi.» «On n'est pas seul dans sa peau.» «La jeunesse, c'est quand on ne sait pas ce qui va arriver.» «Je cherche un être à envahir.» On veut trop être quelqu'un.» «Il cherche la jeunesse à mesure qu'il vieillit. Il l'espérait. Il l'attend encore. Mais il va bientôt mourir.» Henri Michaux

Les oiseaux noirs !

Les oiseaux noirs !

La Musique

La Musique

Les anges déchus

Les anges déchus

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Kate Bush

Kate Bush

Les chats

Les chats

mai 2020
L Ma Me J V S D
« mai    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

A cup of tea

A cup of tea

Lire et rêver !

Lire et rêver !

l’Art et le cinéma

l’Art et le cinéma

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


BAB BERRED |
dylan0000 |
Plug-in or not plug-in |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ché wam..
| Laurent Krauland
| Bloguetrotteur