Archives pour la catégorie Littérature



Clara Malraux – Dominique Bona

Présentation de l’éditeur

 » Malraux, ce n’est pas seulement André. C’est aussi Clara : sans elle, sa vie, sa légende auraient sans doute été différentes. Entre eux a existé un lien fait de complicité et de passion. Ils se sont aimés, déchirés, trompés. Ils ont tout connu ensemble, sauf l’ennui. Vivant éperdument et en communion les fêtes des années vingt, à la confluence des débats intellectuels, politiques et artistiques, ils ont trouvé dans les voyages l’exotisme, la révolution chinoise, la drogue qui convenait à leurs tempéraments survoltés. L’initiatrice du voyage en Indochine et du pillage des temples d’Angkor, c’est elle. Mais c’est elle aussi qui sauve Malraux de la prison et se lance avec lui dans toutes ses aventures, y compris la guerre d’Espagne. Amoureuse mais libre, vivant ses amours à sa guise, elle supporte mal que son illustre compagnon lui rende la pareille. Supplantée par d’autres femmes – Josette Clotis, Louise de Vilmorin – , elle souffre de l’abandon mais ne se résigne pas. C’est une battante. Faute de partager les combats de Malraux, elle se dresse contre ses idées. Elle milite de plein coeur du côté des faibles, des opprimés, et rêve de fraternité universelle. Destin magnifique et cruel. Ce livre montre comment une femme moderne, libre, tente d’exister à l’ombre d’un grand homme. Non pas par lui mais avec lui. Et même, sans lui. « 

Biographie de l’auteur

Biographe et romancière, Dominique Bona est l’auteur, entre autres, de Romain Gary (1987, Grand prix de la biographie de l’Académie française), Malika (1992, prix Interallié), et, chez Grasset, du Manuscrit de Port-Ebène (1998, prix Renaudot), de Berthe Morisot, le secret de la femme en noir (2000, bourse Goncourt de la biographie). Il n’y a qu’un amour (2003) et Camille et Paul (2006).

Clara Malraux - Dominique Bona dans Littérature 9782246757214

La Mort de Bunny Monro – Nick Cave

La Mort de Bunny Monro - Nick Cave dans Littérature q2n8_n10

« Je suis foutu, songe Bunny Munro avec la lucidité soudaine de ceux qui vont mourir ».

Bunny Munro va donc mourir. Le lecteur le sait depuis le titre. Mais comment, à quel moment ? Nick Cave excelle à rendre addictive une intrigue qui repose quasi exclusivement sur une aventure verbale, dense, déjantée. Bunny voit des lapins partout et Mort de Bunny Munro serait un Alice au pays des merveilles à rebours. Un roman éthylique, obscène, à l’ironie noire, Nick Cave excellant dans la prose délirante de la débauche.

Diane Arbus – Biographie de Violette Binet

 » Je suis née tout en haut de l’échelle, et depuis toute ma vie, j’en ai dégringolé aussi vite que j’ai pu  » disait-elle. Alors, comment rester intacte quand l’ambition d’une artiste est de traverser le miroir des apparences. Au risque de se briser.

Diane Arbus - Biographie de Violette Binet dans Littérature 9782246710912

Le temps d’un soupir – Extraits – Anne Philipe

Nous pouvions ne parler de rien comme nous aurions pu parler de tout. Le silence et le bavardage sont délicieux quand nous les pratiquons comme le luxe suprême de l’amour ou de l’amitié et qu’ils ne camouflent pas un malaise ou une divergence irrémédiable, mais résulte d’un accord si profond que deux êtres physiquement dissemblables atteignent une ressemblance plus frappante que celle des traits.

Anne Philipe – les résonances de l’amour

Quand Julien était mort, le pin parasol resplendissait de puissance. Elle avait haï son insolence et sa beauté, elle aurait voulu l’empoigner à bras-le-corps et lui ordonner de ne pas être indifférent à l’absence de celui qui venait de mourir. Mais qu’importe à un arbre que deux voix ne viennent plus dialoguer soir et matin à son ombre, que deux mains au lieu de quatre ramassent les pommes de pin qu’il laisse tomber et qu’il n’y ait plus qu’un seul regard pour l’admirer. [...] Depuis qu’il est mort, certains soirs, l’arbre devient, pour Louise, Julien ; elle le fuit ou reste à le contempler, prise du désir de l’enserrer dans ses bras et de le respirer longtemps. Elle l’envie d’être à la fois mort et présent, libre dans l’espace, éclairé par la lumière, léché par le phare, arrosé par la pluie, secoué par le vent. Il tombera en poussière, ne connaîtra jamais le cercueil de plomb et l’ensevelissement.

Poursuivre la lecture ‘Anne Philipe – les résonances de l’amour’

Georges Perros, Anne et Gérard Philipe, correspondance.

Voici racontée, à travers 125 lettres inédites, l’amitié entre Georges Perros et Gérard Philipe et puis, après la mort du grand comédien, entre Anne Philipe et Georges Perros.

Georges Perros, Anne et Gérard Philipe, correspondance. dans Littérature perros_0

 

 Sur la tombe de Gérard Philipe, Georges Perros avait dit «Ce sera moins dur de mourir, maintenant, pour ceux qui t’ont aimé. Moins bête. Il y aura un rendez-vous à ne pas manquer, que nous ne manquerons pas.»

Anne Philipe à Georges Perros
« 23 novembre 1960
Mon cher Georges,
Je pense à vous souvent. Les jours me paraissent longs et courts à la fois. C’est dommage que vous ne soyez pas là. J’en ai par dessus la tête des journaux, des photographes qui me guettent au coin de la rue. J’ai beau me dire que tout cela n’a aucune importance et le penser, ce sont comme des piqûres de moustiques≈: énervantes.
Quelle horrible chose que cette curiosité où n’entre ni intérêt véritable ni affection.
Les enfants sont beaux, heureux, passionnants à voir vivre. L’un et l’autre ont souvent tout à coup des éclairs fulgurants de ressemblance avec Gérard et puis cela passe. On voudrait les saisir, les garder.
Je ne sais plus, souvent, où j’en suis avec le temps, ce qu’était ma vie il y a 15 ou 18 mois me paraît faire partie d’un autre monde qui a existé il y a longtemps, longtemps, ou au contraire tout est si proche que c’en est étouffant.
Travaillez-vous bien? Etes-vous bien? Et votre santé?
Avoir de vos nouvelles me ferait plaisir.
Je vous embrasse
Anne »

http://bibliobs.nouvelobs.com/files/Sylvie%20Prioul/perros_0.jpg

 

 

Si j’étais une bonne fée au baptême d’un nouveau-né, c’est de cela d’abord que je lui ferais présent : d’un heureux caractère. AGatha Christie.

Si j'étais une bonne fée au baptême d'un nouveau-né, c'est de cela d'abord que je lui ferais présent : d'un heureux caractère. AGatha Christie. dans Littérature photo04

Étrangement, on semble trouver qu’il y a du mérite à travailler. Pourquoi ? Dés les origines, l’homme partait à la chasse pour manger et assurer sa survie. Plus tard, il s’est échiné à labourer, semer, faire des récoltes pour la même raison.  Aujourd’hui, il se lève tôt, attrape le train de 8h15 et s’enferme toute la journée dans un bureau, toujours pour la même raison. Il le fait pour se nourrir et avoir un toit au-dessus de sa tête, pour aller un peu plus loin s’il a du talent et de la chance, et obtenir aussi confort et loisirs. C’est une question d’intendance, de nécessité. Mais est-ce méritoire ? Comme on le disait aux enfants, « l’oisiveté est mère de tous les vices ». Je crois pourtant que le petit Georgie Stephenson était oisif quand il observait le couvercle de la bouilloire de sa maman se soulever et retomber; comme il n’avait rien d’autre à faire, ça lui a donné des idées…

« Lorsque j’avais épuisé le délicieux plaisir de « jouer dans le jardin », je rentrais à la nursery où se trouvait l’inamovible Nursie, ma nourrice. Peut-être parce que c’était une vieille femme et qu’elle souffrait de rhumatismes, mes jeux se déroulaient toujours autour où à côté, mais jamais avec Nursie. Des jeux que j’inventais. Depuis toujours, si loin que remontent mes souvenirs, je me fabriquais des petits compagnons. Du premier groupe, je ne me rappelle que la dénomination : « Les chatons ». Je ne sais plus maintenant de qui il s’agissait ni si j’étais moi-même un Chaton, mais leurs noms me sont restés : Trèfle, Noiraud, et trois autres. Le nom de leur mère était Mrs Benson. ( Autobiographie d’Agatha Christie, extraits.)

Chère Agatha Christie !

Chère Agatha Christie !  dans Littérature agatha-christie-glam-photo

Comment ne pas vous remercier de me faire passer de si bons moments en lisant votre autobiographie ? Un bouton de rose ramassé sur les étangs de Ville d’Avray déforme le livre de poche acheté à la dernière minute pour occuper les heures d’attente de cette semaine. Aussitôt plongée dans la lecture de votre vie je me sens emportée vers la douceur énergique de votre écriture qui me donne de la force et votre joie de vivre est communicative !

Chère Agatha, vous avez été jeune et pourtant on ne connaît de vous que le visage de l’âge mûr, vous dites que vous avez été belle et je vous crois vraiment, charmante en tout cas et si vivante !

youngagatha dans Littérature

Agatha+Christie+autobiographie

 

 

Jim

Que fais-tu ici ?
Que veux-tu ?
De la musique ?
Nous pouvons faire de la musique.
Mais tu veux plus.
Tu veux quelque chose et quelqu’un de nouveau.
Ai-je raison ?
Bien sûr.
Je sais ce que tu veux.
Tu veux l’extase
Le désir et le rêve.
Les choses ne sont pas vraiment ce qu’elles semblent
Je te conduis dans ce sens, il tire dans l’autre.
Je ne chante pas pour une fille imaginaire.
C’est à toi que je parle, à moi-même.
Recréons le monde.
Le palais de la conception brûle.

Jim Morrison

1...56789...15

Tout oublier. Ouvrir la fenêtre. Vider la chambre. Elle est traversée par le vent. On ne voit que le vide, on cherche dans tous les coins et l'on ne se trouve pas. F KafKa

Auteur:

athisha

Mon nouveau Forum

http://athisha.forumactif.net/
  • Album : Mapplethorpe - Photographe
    <b>robertmapplethorpe.jpg</b> <br />

J’adore !

J’adore !

«On n'est peut-être pas fait pour un seul moi.» «On n'est pas seul dans sa peau.» «La jeunesse, c'est quand on ne sait pas ce qui va arriver.» «Je cherche un être à envahir.» On veut trop être quelqu'un.» «Il cherche la jeunesse à mesure qu'il vieillit. Il l'espérait. Il l'attend encore. Mais il va bientôt mourir.» Henri Michaux

Les oiseaux noirs !

Les oiseaux noirs !

La Musique

La Musique

Les anges déchus

Les anges déchus

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Kate Bush

Kate Bush

Les chats

Les chats

mars 2020
L Ma Me J V S D
« mai    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A cup of tea

A cup of tea

Lire et rêver !

Lire et rêver !

l’Art et le cinéma

l’Art et le cinéma

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


BAB BERRED |
dylan0000 |
Plug-in or not plug-in |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ché wam..
| Laurent Krauland
| Bloguetrotteur