Archives pour la catégorie Littérature



La peur – Jim Morrison

Depuis je ne peux plus marcher dans
une rue sans lorgner un par un
chaque passant.  Je sens
leurs vibrations pénétrer ma
peau, les cheveux sur ma tête
- se dressent.

                      LA PEUR

La conscience éternelle
        du Vide

La peur - Jim Morrison dans Citations Morrison

Tom Robbins – Ecrivain ( Une bien étrange attraction)

Cet été-là, le grand projet d’Amanda était la création d’une Serre à Papillons. Etant donné que de nombreux papillons ont une durée de vie très courte, le taux de renouvellement des pensionnaires de son établissement était assez élevé.  

Etant descendue jusqu’à la cascade, Amanda y planta sa tente – faite de branches de saule et de laine de chèvre noire. Après l’avoir abondamment garnie de ses coussins de cachemire les plus grands et les plus moelleux, Amanda se dévêtit pour ne plus garder sur elle que ses perles et sa petite culotte, puis elle entra en transe.  

- Je me dois de trouver la façon de prolonger la vie des papillons, avait-elle au préalable annoncé.  

Toutefois, lorsqu’elle s’éveilla une heure plus tard, elle avait sur les lèvres un mystérieux sourire.  

- La durée de vie du papillon, déclara-t-elle, est très précisément ce qu’elle doit être.  

Tom Robbins - Ecrivain ( Une bien étrange attraction) dans Littérature 9782351780374

Cristallisation secrète – Yoko Ogawa (Extrait)

Dès que je compris que je n’avais aucun moyen de les libérer, les mots se mirent à proliférer en moi et je fus remplie d’angoisse.

« Réparez vite. »

Inconsciemment, mes doigts s’étaient mis à bouger pour former les mots REPAREZ VITE. Mais n’ayant aucune touche à frapper, ils se contentèrent d’esquisser des mouvements approximatifs dans l’espace. Incapable de le supporter davantage, je lui présentai à nouveau ma machine.

« Pourquoi ne voulez-vous pas la réparer ? Qu’est-ce qui ne va pas ? Si je ne peux pas communiquer avec des mots je suis angoissée d’une manière insupportable. »

J’ai empoigné son épaule, pour essayer de lui communiquer de toute mes forces ce que je ressentais.

Il s’est arrêté, et après avoir poussé un long soupir, a posé sur la table le chronomètre enveloppé dans le morceau de velours.

_ Votre voix ne reviendra plus, vous savez.

Je n’ai pas compris pourquoi il disait cela. Le problème pour l’instant n’était pas ma voix, mais la machine à écrire.

« On ne peut pas la réparer? »

Je me suis mise à taper sur les touches n’importe comment. Les leviers ne se soulevaient même pas d’un millimètre.

_ Votre voix est bloquée à l’intérieur de cette machine. Elle n’est pas cassée. Elle est scellée parce que son rôle est terminé.

Les jours dansants ne sont plus – W B Yeats

Viens que je te chante à l’oreille,

Les jours dansants ne sont plus

Qui portaient soie et satin.

Accroupis-toi sur la pierre,

Enveloppe ce sale corps

Dans un haillon aussi sale.

Je porte le soleil dans ma coupe d’or,

La lune en un sac d’argent.

Maudis si tu veux je te chante

Tout le chant, puisque peu importe

Si celui qui te donnait joie

Et les enfants qu’il te fit

Dorment quelque part comme loirs

Sous une dalle de marbre.

Je porte le soleil dans ma coupe d’or,

La lune en un sac d’argent.

Aujourd’hui même j’ai pensé,

Midi sonnant à l’horloge,

Qu’homme n’a rien à prétendre

Qui s’appuie sur un bâton,

Mais qu’il peut chanter, chanter

Jusqu’à tomber, que ce soit

Devant la jeune ou la vieille.

Je porte le soleil dans ma coupe d’or,

La lune en un sac d’argent.

Carl Gustav Jung, le seigneur de l’inconscient – Colin Wilson

Extrait

En 1908, Jung était dans les griffes du démon Freud : son prodigieux charisme. L’intention de Freud était de soumettre Jung à sa volonté, de le flatter, de le convaincre et de le séduire afin qu’il abandonne ses réserves et qu’il devienne le défenseur principal de la théorie sexuelle, l’héritier de Freud… Il est une chose que Freud n’a jamais compris : à savoir que Jung jugeait en dernière analyse, la théorie sexuelle comme étant quelque peu répugnante. Freud était enthousiasmé par l’aura d’efficacité que dégageait Jung, par ses lunettes en acier et par son enthousiasme pour les expériences. Mais Jung n’était pas foncièrement un scientifique ; il était un romantique, un homme dont les sentiments les plus profonds avaient été éveillés dans le passé par Goethe, Schopenhauer et Nietzsche, non par Galton, Wundt et Krafft-Ebing. Jung s’était tourné vers la science pour renforcé sa « fonction réalité », pour développer une personnalité capable d’affronter le monde sur son propre terrain. Il n’en demeurait pas moins qu’une partie de lui rêvait toujours au « pays des fées » L’obsession sexuelle de Freud était un affront au poète qui sommeillait en lui.

QUAND TU SERAS VIEILLE – William Butler Yeats

Quand tu seras vieille et grise et pleine de sommeil,
Quand, ta tête inclinée près du feu, tu prendras ce livre,
Et lentement, liras et reverras le doux regard
De tes yeux d’autrefois, et de leurs ombres profondes.

Combien ont aimé tes moments de joie prodigue,
Et aimèrent ta beauté d’un amour sincère ou faux,
Mais un seul aima l’âme du pèlerin en toi,
Et aima les défaites de ton visage changeant ;

Et quand courbée sur la hampe incandescente,
Tu murmureras comment l’amour te quitta
Comment il s’envola au-dessus des montagnes
Et cacha son visage dans un amas d’étoiles.

 

William Butler Yeats – « Désertion des Animaux du Cirque »

Mon échelle envolée,

Je dois m’étendre au lieu d’où monte toute échelle,

Dans la chiffonerie infecte de mon coeur.

André Breton – L’Amour fou

Le 10 avril 1934, en pleine occultation de Vénus par la lune (ce phénomène ne devait se produire qu’une seule fois dans l’année), je déjeunais dans un petit restaurant situé assez désagréablement à côté d’un cimetière. Il faut, pour s’y rendre, passer sans enthousiasme devant plusieurs étalages de fleurs. Mais j’observais, n’ayant rien de mieux à faire, la vie charmante de ce lieu. Le soir le patron « qui fait cuisine » regagne son domicile à motocyclette. Les ouvriers semblent faire honneur à la nourriture. Le plongeur, vraiment très beau, d’aspect très intelligent, discute de choses apparemment sérieuses avec les clients. La servante est assez jolie : poétique plutôt.
Le 10 avril 1934, elle portait, sur un col blanc à pois espacés rouge fort en harmonie avec sa robe noire une très fine chaîne retenant trois gouttes claires, gouttes rondes sur lesquelles se détachait à la base un croissant de même substance pareillement serti. J’appréciai une fois de plus, infiniment, la coïncidence de ce bijou et de cette éclipse. Comme je cherchais à situer cette jeune femme, en la circonstance si bien inspirée, la voix du plongeur : « Ici, l’Ondine » et la réponse exquise, enfantine, à peine soupirée, parfaite : « Ah ! Oui, on le fait ici, l’on dîne ! » Est-il plus touchante scène ? Je me le demandais hier encore, en écoutant les artistes de l’atelier massacrer une pièce de John Ford.
La beauté convulsive sera érotique-voilée, explosante-fixe, magique-circonstancielle ou ne sera pas.

Anne Philipe – Je l’écoute respirer (extrait)

Il fallut que l’enfant fût devenue une adolescente pour comprendre que sa mère vivait dans l’imaginaire, peut-être à la suite d’une grande blessure, et que toute rencontre avec le réel avait été pour elle insupportable. Seuls ne l’avaient pas déçue la musique, les livres, les chiens fidèles dont on peut interpréter les pensées, les oiseaux qui viennent picorer le pain jeté, lancent leur chant depuis les arbres où traversent le ciel et deviennent symbole de la liberté.

1...45678...15

Tout oublier. Ouvrir la fenêtre. Vider la chambre. Elle est traversée par le vent. On ne voit que le vide, on cherche dans tous les coins et l'on ne se trouve pas. F KafKa

Auteur:

athisha

Mon nouveau Forum

http://athisha.forumactif.net/
  • Album : Mapplethorpe - Photographe
    <b>robertmapplethorpe.jpg</b> <br />

J’adore !

J’adore !

«On n'est peut-être pas fait pour un seul moi.» «On n'est pas seul dans sa peau.» «La jeunesse, c'est quand on ne sait pas ce qui va arriver.» «Je cherche un être à envahir.» On veut trop être quelqu'un.» «Il cherche la jeunesse à mesure qu'il vieillit. Il l'espérait. Il l'attend encore. Mais il va bientôt mourir.» Henri Michaux

Les oiseaux noirs !

Les oiseaux noirs !

La Musique

La Musique

Les anges déchus

Les anges déchus

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Kate Bush

Kate Bush

Les chats

Les chats

juillet 2020
L Ma Me J V S D
« mai    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

A cup of tea

A cup of tea

Lire et rêver !

Lire et rêver !

l’Art et le cinéma

l’Art et le cinéma

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


BAB BERRED |
dylan0000 |
Plug-in or not plug-in |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ché wam..
| Laurent Krauland
| Bloguetrotteur