Archives pour la catégorie Littérature



Poussière et lumière du jour de Janet Frame

Un petit bijou que cet ensemble de courtes nouvelles, premier livre reçu et lu dans la foulée, très belle écriture, limpide, soignée et pourtant complexe dans le cheminement. J’aime et je pourrais reprendre à peu près les mots de M Duras… « un livre je ne sais pas ce que c’est… mais je sais quand il y en a un…une originalité, « une nuitée »… comme elle le disait si bien… et là il y a pour moi, cette « nuitée ».

Visages noyés – Les hiboux pleurent vraiment – Poussière et lumière du jour – Janet Frame

3 livres que je viens de commander suite au film « Un ange à ma table », parce que je ne fais pas les choses à moitiè !

41N29X75BNL._

51BVRDYA1XL._

51NA3DPNB6L._

Janet Frame – Ecrivain

Après avoir vu hier au soir le film de Jane Campion, Un ange à ma table (tiré du livre auto biographique de Janet Frame), j’ai voulu en savoir plus sur Janet Frame,  tout est dit dans le film, c’est une version biographique de cet écrivain très fidèle.

(Dunedin, 28 août 1924 - Dunedin, 29 janvier 2004) est une femme écrivain néo-zélandaise.

26frame Janet Frame credit: John Money

 

Issue d’une famille ouvrière de cinq enfants, elle se passionne très tôt pour la littérature, qu’elle étudie, et veut devenir poète. Son entourage la pousse à choisir la carrière d’institutrice, métier qu’elle tentera contre son gré d’exercer et finira par abandonner.

Profondément marquée par la mort de deux de ses sœurs par noyade à dix ans d’écart, très introvertie, elle est diagnostiquée schizophrène en 1945. Internée pendant huit ans en hôpital psychiatrique où elle subit quelque deux cents électrochocs, elle réussit tout de même à écrire.

Son premier recueil de nouvelles, Le Lagon et autres histoires, est publié en 1951 alors qu’elle est toujours à l’hôpital. Le prix littéraire qu’elle reçoit la sauve de justesse : sa lobotomie était programmée. Libre, elle apprendra plus tard, en subissant de nouveaux examens en Angleterre, qu’elle n’a finalement jamais souffert de schizophrénie.

Encouragée par son ami l’écrivain Frank Sargeson, elle écrit alors son premier roman, Les Hiboux pleurent vraiment, qui paraît en 1957 (publié une première fois en France en 1984 chez Alinéa sous le titre La Chambre close). Puis elle quitte la Nouvelle-Zélande pendant sept ans et visite l’Europe. Elle vit à Ibiza et à Londres, où elle apprend la vérité sur son état mental. Le médecin qu’elle rencontre l’encourage à son tour à écrire : ce sera le très impressionnant Visages noyés, paru en 1961, roman qui précipite le lecteur au cœur de l’univers psychiatrique.

De retour en Nouvelle-Zélande en 1963, et après la rédaction de plusieurs romans dans les années 1960 et 1970, Janet Frame entreprend d’écrire son autobiographie, Un ange à ma table. Celle-ci recouvre trois volets : Ma terre mon îleUn été à Willowglen (paru pour la première fois en France sous le titre Parmi les buissons de matagouri) et Le Messager. En 1990, Jane Campion adaptera Un ange à ma table au cinéma, ce qui contribuera à faire découvrir son œuvre dans le monde entier.

Janet Frame, si l’on excepte plusieurs séjours en Grande-Bretagne et aux États-Unis, passe le reste de sa vie en Nouvelle-Zélande (certains disent « en recluse », tant la discrétion de celle qui a été de nombreuses fois honorée dans son pays est grande). Son œuvre compte onze romans, cinq recueils de nouvelles, un recueil de poèmes et un livre pour enfants. Son dernier ouvrage, The Carpathians (en), (inédit en France, comme beaucoup de ses romans) est paru en 1988.

Pressentie deux fois pour le prix Nobel de littérature, dont la dernière en 2003, Janet Frame est morte d’une leucémie à Dunedin le 29 janvier 2004. (Wikipédia)

janet-frame-1

 

Les 100 ans de M. Duras…

Il a fallu que j’aille vérifier sur Wikipédia sa date de naissance, le 4 avril  1914, je n’arrivais pas à croire qu’elle aurait eu 100 ans cette année. Pour moi elle est éternellement jeune, intemporelle. J’ai bien sûr regardé l’Amant et Hiroshima mon amour de Resnais puis le docu sur Arte hier au soir. Je suis toujours émue de ses mots, attentive à son intelligence à chacun de ses passages sur les écrans. Pour une fois moi qui ne relis jamais ce que j’ai déjà lu, j’ai eu envie de faire à nouveau un tour sur « Un barrage contre le pacifique » ou chez le  » Vice Consul » ou encore relire les Petits chevaux de Tarquinia, j’ai bien envie de relire tout ça cet été et les autres romans qui ne me viennent pas à l’esprit tout de suite. J’aime cette femme depuis longtemps, cet écrivain dans l’âme, j’aime sa démarche créative, son phrasé, son style, la richesse de sa pensée, même si parfois elle a pu se tromper dans l’impulsivité d’un jugement. Elle me manque.

tumblr_lg5xahedId1qzn0deo1_500

 

http://www.arte.tv/sites/fr/marguerite-duras/les-documentaires/

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

 

Le prix de la page 112…

Est un véritable prix littéraire qui a été remis par 12 jurés le 12 décembre 2012.

Voici le tout dernier né des grands prix littéraires de l’automne : le prix de la Page 112. Il sera officiellement remis le 12 décembre 2012, par douze jurés – de Grégoire Bouillier à Guillaume Zorgbibe, en passant par Lidia BredaPatrick Declerck ou Anne Goscinny. Sa vocation : « Récompenser un ouvrage littéraire dont la tension stylistique ou romanesque sera remarquable de la première à la dernière page. » Sont en compétition tous les romans parus en langue française depuis août. Or, pour choisir le ou la lauréat(e), l’éditrice Claire Debru, cheville ouvrière de cette manifestation, a décidé de faire lire au jury, dans un premier temps… la seule page 112 de chaque ouvrage.

Claire Debru a pu constater qu’écrivains et éditeurs avaient tendance à soignerl’ouverture des romans, car l’incipit donne le ton. La fin, elle aussi, est très souvent léchée. Pour le reste du texte, en revanche, il arrive que les auteurs aient tendance à se relâcher. La page 112 apparaît alors comme un bon juge de paix. Bien sûr, cela laisse une part d’arbitraire. Sont exclus d’emblée les romans qui font moins de 112 pages et ceux où la page 112 correspond à une page blanche. Mais Claire Debru rappelle que « la vie littéraire est injuste ». D’ailleurs, lorsqu’elle a demandé aux attachés de presse de lui transmettre la page 112, certains ont usé de subterfuges, envoyant la page 110 ou 113, au motif que la 112 n’était pas bonne !

Cette page a été choisie en référence à Hannah et ses sœurs de Woody Allen, décrété parrain du nouveau prix. Dans le film, Elliot (Michael Caine), tombé follement amoureux de sa belle-sœur, lui dit : « N’oublie pas le poème, page 112 ! »Et ça marche. « Une fois que les jurés auront reconnu l’intérêt d’une page 112, précise Claire Debruces derniers s’engagent à lire le titre en entier, avant d’attribuer le prix. » D’ici au 12 décembre, quatre délibérations se tiendront, avec de belles batailles en perspective. Mais comme Pascal Quignard l’écrit page 112, dans Les Désarçonnés (Grasset, septembre 2012), « comploter, c’est avoir peur, c’est adorer avoir peur, c’est guetter partout ».

Alain Beuve-Méry – Le Monde

 

 

Mo Yan – La dure loi du karma

J’avoue je ne connaissais pas bien cet auteur dont on parle en ce moment parce qu’il vient de recevoir le Nobel de littérature 2012, dommage pour Haruki Murakami ! mais  seul le titre du livre » Le Sorgho rouge » me dit vaguement quelque chose, je l’ai même peut-être lu il y a très longtemps, dans ma « période littérature chinoise » lol !   j’ai entendu sur France culture il y a quelques jours, et voui j’écoute France culture dans ma voiture ! lol ! , une émission qui lui était consacrée et ça m’a donné une furieuse envie de lire cet auteur, j’ai donc commandé la dure Loi du karma, le sujet me plait bien , j’en saurai plus après la lecture !

http://www.franceculture.fr/oeuvre-la-dure-loi-du-karma-de-mo-yan

Mo Yan - La dure loi du karma dans Littérature 9782020947800

 

 

 

Reflets dans un oeil d’homme – Nancy Huston

Reflets dans un oeil d'homme - Nancy Huston dans Littérature 51moTOf89cL._SL500_AA300_

J’attendrais qu’il sorte en poche, mais d’ici là j’ai encore pas mal de livres à explorer de cette auteure que j’aime beaucoup, en fait je commence à choisir mes lectures de l’été !

Maurice Sendak – Ecrivain

Un petit hommage à l’auteur et illustrateur de Max et les Maxismonstres, Maurice Sendak, qui vient de nous quitter et qui à la  sortie de cet album avait été fortement critiqué par certains qui jugeait ce conte comme trop inquiétant pour les enfants, en France  la psychanalyste Françoise Dolto déconseillait même de lire cette histoire aux enfants !

Inutile de dire que j’adore Max et les Maximonstres !

Maurice Sendak - Ecrivain dans Littérature 936full-maurice-sendak

Clarice Lispector – La passion selon GH – Extraits

Je vais devoir, le temps d’écrire et de parler, faire semblant que quelqu’un me tient la main. Au moins pour commencer, seulement pour commencer. Dés que je pourrai libérer cette main, j’irai seule. Pour l’instant, j’ai besoin de m’accrocher à cette main, et peu importe si je ne parviens pas à inventer ton visage, ni tes yeux, ni ta bouche. Bien que tronquée, cette main ne m’effraie pas. C’est l’amour qui me l’a fait inventer et si je ne peux pas rattacher cette main à un corps, c’est uniquement parce que je ne suis pas capable d’aimer suffisamment. Je ne suis pas en mesure d’imaginer une personne entière parce que je ne suis pas une personne entière. Et comment imaginer un visage quand je ne sais pas de quelle expression de visage j’ai besoin ? Dès que je pourrai libérer ta main si chaude, j’irai seule et dans l’horreur. J’assumerai l’horreur jusqu’à ce que s’accomplisse la métamorphose et que l’horreur devienne lumière. Pas la lumière qui naît du désir de la beauté et de l’ordre moral tels que je les voulais autrefois, sans en être consciente, mais la lumière naturelle de ce qui existe, et c’est cette lumière naturelle qui me terrorise. Encore que je sache bien que l’horreur, l’horreur c’est moi en face des choses. [...] Puisqu’il me faut absolument sauver le jour de demain, puisqu’il me faut absolument, dans la mesure où je ne veux pas supporter ce chaos, avoir une forme, puisqu’il me faudra fatalement répartir cette viande monstrueuse et sans fin, et la couper en morceaux qui soient proportionnés à la capacité d’absorption de ma bouche et à la capacité de vision de mes yeux, puisque fatalement je finirai par succomber à ce besoin d’une forme qui est liée à ma terreur de n’avoir pas de limites – qu’au moins j’aie le courage de laisser cette forme  se former toute seule ainsi qu’une croûte durcit d’elle-même et que la nébuleuse du feu en se refroidissant devient terre. Qu’au moins j’aie l’immense courage de résister à la tentation d’inventer une forme.

12345...15

Tout oublier. Ouvrir la fenêtre. Vider la chambre. Elle est traversée par le vent. On ne voit que le vide, on cherche dans tous les coins et l'on ne se trouve pas. F KafKa

Auteur:

athisha

Mon nouveau Forum

http://athisha.forumactif.net/
  • Album : Mapplethorpe - Photographe
    <b>robertmapplethorpe.jpg</b> <br />

J’adore !

J’adore !

«On n'est peut-être pas fait pour un seul moi.» «On n'est pas seul dans sa peau.» «La jeunesse, c'est quand on ne sait pas ce qui va arriver.» «Je cherche un être à envahir.» On veut trop être quelqu'un.» «Il cherche la jeunesse à mesure qu'il vieillit. Il l'espérait. Il l'attend encore. Mais il va bientôt mourir.» Henri Michaux

Les oiseaux noirs !

Les oiseaux noirs !

La Musique

La Musique

Les anges déchus

Les anges déchus

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Kate Bush

Kate Bush

Les chats

Les chats

juin 2020
L Ma Me J V S D
« mai    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

A cup of tea

A cup of tea

Lire et rêver !

Lire et rêver !

l’Art et le cinéma

l’Art et le cinéma

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


BAB BERRED |
dylan0000 |
Plug-in or not plug-in |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ché wam..
| Laurent Krauland
| Bloguetrotteur