Archives pour la catégorie Les Anges déchus

Ecris moi – François Hadji Lazaro

Ecris moi
Seul devant la gare Saint Lazare, au comptoir, pilier de bar,
Au hasard d’un Ricard, d’un coup de pinard
Ivre, dans les rues, sans issues, mal fichu, comme un ange déchu, redescendu
Du dessus, du dessus des nues
Ecris moi, écris moi des lettres, écris moi, écris moi encore
Un pas devant l’autre, devant les autres, qui ne sont autres que vous autres

Tristes apôtres d’une vie autre que la votre
Les pas m’emmènent, m’entraînent, le long de la Seine, calme et sereine,
Devant la grande scène obscène de cette vie malsaine
Ecris moi, écris moi des lettres, écris moi, écris moi encore
Le long des maisons, du sommeil profond, les gens font un silence de plomb

Qui résonne, ding-dong, comme le son, du canon
Non, pas dormir, pas se sentir, s’engourdir, pour fuir le pire
Pas s’endormir, tu vas m’écrire, je vais te lire
Ecris moi, écris moi des lettres, écris moi, écris moi encore

Heavenly Creatures – de Peter Jackson

Heavenly Creatures - de Peter Jackson dans Cinéma B000065KFV.01.LZZZZZZZ

Poursuivre la lecture ‘Heavenly Creatures – de Peter Jackson’

Camille Claudel Montdevergues – 1929

 

Poursuivre la lecture ‘Camille Claudel Montdevergues – 1929′

Le sexe des anges

Poursuivre la lecture ‘Le sexe des anges’

Les Anges déchus

Les Anges déchus dans Les Anges déchus 1772tanley_jammes

Qui donc entendrait mon cri parmi les hiérarchies des Anges ?

Et cela serait-il, même,

et que l’un d’eux soudain me prenne sur son coeur :

trop forte serait sa présence et j’y succomberais.

Car le beau n’est rien d’autre que le commencement de terrible,

qu’à peine à ce degré nous pouvons supporter encore.

Et si nous l’admirons,

et tant,

c’est qu’il dédaigne et laisse de nous anéantir.

Tout Ange est terrible.

Il me faut donc ainsi me retenir et ravaler en moi l’obscur sanglot,

ce cri d’appel.

Mais hélas ! vers qui se tourner ?

à qui donc,

mais à qui s’adresser ?

A l’ange,

non !

à l’homme,

non !

et les animaux pressentent et savent, dans leur sagesse, qu’on ne peut pas s’y fier :

que nous n’habitons pas vraiment chez nous,

dans le monde interprété.

Première Elégie ( Les Elégies de Duino – Rainer Maria Rilke)


Tout oublier. Ouvrir la fenêtre. Vider la chambre. Elle est traversée par le vent. On ne voit que le vide, on cherche dans tous les coins et l'on ne se trouve pas. F KafKa

Auteur:

athisha

Mon nouveau Forum

http://athisha.forumactif.net/
  • Album : Mapplethorpe - Photographe
    <b>robertmapplethorpe.jpg</b> <br />

J’adore !

J’adore !

«On n'est peut-être pas fait pour un seul moi.» «On n'est pas seul dans sa peau.» «La jeunesse, c'est quand on ne sait pas ce qui va arriver.» «Je cherche un être à envahir.» On veut trop être quelqu'un.» «Il cherche la jeunesse à mesure qu'il vieillit. Il l'espérait. Il l'attend encore. Mais il va bientôt mourir.» Henri Michaux

Les oiseaux noirs !

Les oiseaux noirs !

La Musique

La Musique

Les anges déchus

Les anges déchus

Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

Kate Bush

Kate Bush

Les chats

Les chats

août 2017
L Ma Me J V S D
« mai    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A cup of tea

A cup of tea

Lire et rêver !

Lire et rêver !

l’Art et le cinéma

l’Art et le cinéma

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


BAB BERRED |
dylan0000 |
Plug-in or not plug-in |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ché wam..
| Laurent Krauland
| Bloguetrotteur