• Accueil
  • > Cinéma
  • > In the Realms of the Unreal – The Mystery of Henry Darger


In the Realms of the Unreal – The Mystery of Henry Darger

In the Realms of the Unreal - The Mystery of Henry Darger  dans Cinéma in%20the%20realms

Film documentaire sur Henry Darger,

Henry J. Darger, né le 12 avril 1892 et mort le 13 avril 1973 fut un écrivain et peintre américain.

Sa principale œuvre, composée tout au long de sa vie de solitude, est un récit épique illustré de 15 143 pages appelé The Story of the Vivian Girls, in What is known as the Realms of the Unreal, of the Glandeco-Angelinnian War Storm, Caused by the Child Slave Rebellion. Il y raconte la violente guerre entre les Angéliques et les Hormonaux. Plus de 300 compositions (aquarelle, dessins, collages) l’accompagnent et le complètent, donnant naissance à une œuvre graphique unique et originale, proche de l’Art brut ou outsider Art.

Son œuvre raconte les aventures des filles de Robert Viviam, les sept princesses du royaume Abbieannia. Celles-ci sont en proie aux attaques répétées et violentes du diabolique John Manley. À la tête du domaine de Glandelia, il menace de réduire en esclavage tous les enfants d’Abbienne. Les sept sœurs sont à la tête d’une rébellion acharnée, aidées par leurs légions de fillettes prêtes à en découdre. Parmi ces vaillantes nymphettes, le lecteur retrouve de géantes créatures aux ailes de papillons, les blengins. Leur corps couverts d’écailles se terminent en queues pointues. Le reste du bataillon se compose de jeunes filles prépubères, souvent nues et pourvues d’organes génitaux masculins. Nombre d’entre elles sont sacrifiées à la barbarie des hommes en uniformes de Manley. Elles sont souvent éviscérées, étranglées ou pendues. Toutes ces aventures se déroulent sur une vaste planète autour de laquelle gravite la terre, à la façon d’une lune. Elle est peuplée de chrétiens, la plupart catholiques.Son écriture est directe. Les descriptions les plus crues peuvent aller jusqu’à laisser entendre au lecteur les rires forcées des fillettes se transformer en cris de souffrance. Son style comporte également de nombreux emprunts fleuris à la littérature victorienne.Ses capacités de dessinateur étant limitées, Darger s’inspire des comics américains (Miss Muffet, Donald Duck ou little Annie Rooney) et les copie. Il les découpe, les fait agrandir et démultiplier au rayon photographie du bazar local. Une fois muni d’une infinité de formats, il les décalque pour former des compositions souvent très complexes, pourvues de nombreux plans. Il montre ensuite l’étendue de son talent de coloriste. Il manie les contrastes, sachant rehausser des palettes de tons fades, à certains endroits, par des couleurs éclatantes, des rouges sang ou des jaunes vifs. (Wikipédia.  http://fr.wikipedia.org/wiki/Henry_Darger  )
 

henry-darger1 dans Illustrateurs

 dans Littérature

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

2 commentaires à “In the Realms of the Unreal – The Mystery of Henry Darger”


  1. 0 hyeronimus 3 déc 2010 à 9:09

    ça s’achète en encyclopédie son oeuvre ? lol !

    Dernière publication sur L'art n'est pas un mensonge : David Bowie - The Next Day

    Répondre

  2. 1 athisha 3 déc 2010 à 9:49

    oui, c’est énorme, c’est très spécial aussi, c’est hors norme, c’est ce qui me plait, en même temps ça me met très mal à l’aise, on sent une vraie « folie » c’est très dérangeant, mais ça reste l’oeuvre d’une vie et c’est intéressant.

    Répondre

Répondre à hyeronimus Annuler la réponse.


Tout oublier. Ouvrir la fenêtre. Vider la chambre. Elle est traversée par le vent. On ne voit que le vide, on cherche dans tous les coins et l'on ne se trouve pas. F KafKa

Auteur:

athisha

Mon nouveau Forum

http://athisha.forumactif.net/
  • Album : Mapplethorpe - Photographe
    <b>robertmapplethorpe.jpg</b> <br />

J’adore !

J’adore !

«On n'est peut-être pas fait pour un seul moi.» «On n'est pas seul dans sa peau.» «La jeunesse, c'est quand on ne sait pas ce qui va arriver.» «Je cherche un être à envahir.» On veut trop être quelqu'un.» «Il cherche la jeunesse à mesure qu'il vieillit. Il l'espérait. Il l'attend encore. Mais il va bientôt mourir.» Henri Michaux

Les oiseaux noirs !

Les oiseaux noirs !

La Musique

La Musique

Les anges déchus

Les anges déchus

Visiteurs

Il y a 0 visiteur en ligne

Kate Bush

Kate Bush

Les chats

Les chats

décembre 2010
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

A cup of tea

A cup of tea

Lire et rêver !

Lire et rêver !

l’Art et le cinéma

l’Art et le cinéma

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


BAB BERRED |
dylan0000 |
Plug-in or not plug-in |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ché wam..
| Laurent Krauland
| Bloguetrotteur