Christopher McCandless – Voyage au bout de la solitude

 Christopher McCandless - Voyage au bout de la solitude dans Littérature christopher_mccandless_alex_supertramp

Christopher Johnson McCandless dit « Alexander Supertramp » (12 février 1968 – 18 août 1992) est un aventurier américain, qui a fait l’objet du récit biographique Voyage au bout de la solitude (Into the Wild) de Jon Krakauer adapté au cinéma en 2007 par Sean Penn sous le titre Into The Wild (Vers l’inconnu au Québec).

Selon ses parents, Chris avait toujours été un être motivé, un gagnant qui ne supportait pas d’abandonner un projet qui lui tenait à cœur. Il avait donc une volonté de fer résistant à beaucoup d’épreuves. Têtu, il n’écoutait pas beaucoup les remarques de ses proches qui lui faisaient remarquer son égocentrisme.

Quand Christopher avait douze ans, son père et lui allèrent marcher dans les montagnes lors d’une de leurs habituelles randonnées d’été. Lorsqu’ils arrivèrent aux 3 000 mètres qui les séparaient de la vallée, tous deux remarquèrent que la suite du chemin vers le sommet était dangereuse et escarpée. Walt décida alors qu’il était temps de redescendre, mais Chris ne voulait pas et protesta. Il voulait continuer et marcher jusqu’en haut de la montagne. Son père finit par le faire descendre. « S’il avait eu 14 ou 15 ans, il aurait tout simplement continué sans moi, explique Walt. Tout petit déjà, Chris était intrépide. Il ne croyait pas que le danger le concernait, on était toujours obligé de le retenir par la chemise. »

Chris était en effet un grand sportif, troisième meilleur coureur de son État et de sa catégorie. Il adorait la course à pied, participant à des cross et s’entraînant souvent. Ainsi devient-il l’entraîneur de l’équipe de cross country au lycée. Ses camarades se souviennent sûrement encore des rudes entraînements que Chris leur faisait subir. Il les égarait dans des rues inconnues et des quartiers peu fréquentables pour que, quand ils retrouvent le chemin, ils se donnent à fond. Il était rusé et intelligent et s’en servait, pensant que la seule façon d’atteindre un but était le mental, l’esprit et la volonté.

Les aspirations de Chris pour la vie sauvage lui ont été inspirées par son grand-père, vivant à la campagne. Ils s’adoraient et ne pouvaient se séparer.

Quand il arriva à l’université, où il eut d’ailleurs d’excellentes notes, il ne se liait pas d’amitié avec les autres étudiants, rejetait souvent ses anciens camarades et ne participait pas aux activités extra-scolaires de son université. Chris ne recevait pas beaucoup et ne sortait que très rarement de sa petite chambre minimaliste. Il préférait trouver le bonheur dans les livres de Thoreau, Tolstoï ou encore Jack London… (Wikipédia)

« Il était inévitable que Chris parte, raconte sa sœur. Personne n’aurait pu l’en empêcher. » Après la remise des diplômes et l’anniversaire de son père, Chris partit. Il n’écrivit pas à sa famille, ne lui téléphona pas et ne la prévint pas de ce voyage qu’il considérait comme l’aboutissement de quatre années de travail stupide.

« Je ne me suis pas sentie froissée qu’il ne m’écrive pas, confie sa sœur Carine. Je savais qu’il était heureux et faisait ce qui lui plaisait ; je comprenais qu’il était important pour lui de voir jusqu’à quel point il pouvait être indépendant. »

8 commentaires à “Christopher McCandless – Voyage au bout de la solitude”


  1. 0 SVENZOO 12 fév 2010 à 7:51

    Bonjour.
    Je suis en retard, comme souvent, mais ce n’est pas important. Je suis arrivé sur ce blog un peu par hasard, ou presque. Je viens de voir « Into the wild », il est passé à la télé, je suis tombé dessus, je suis resté, je savais que c’était un bon film, j’avais lu des critiques et puis avec Sean Penn, on ne risque pas vraiment de se tromper…
    Je ne savais rien de la vie de ce Christopher et j’ai pris une grosse claque car il a su aller caresser le rêve de liberté absolue qui dort en chacun de nous. Il a été en phase avec le monde, la nature, les gens qu’il a rencontrés et lui-même…
    Bref, un grand monsieur, passé trop vite dans ce ciel devenu bien fade…
    J’ai reconnu la photo, je suis entré dans ce blog et à l’heure où j’écris ces lignes, je ne peux aller plus loin mais j’en tournerai toutes les pages bien volontier, et je remercie ce hasard… l

    Répondre

  2. 1 athisha 12 fév 2010 à 11:52

    J’ai revu la fin du film aussi quand c’est passé, j’aime toujours autant cette histoire !
    Merci de ton com !
    Athi

    Répondre

  3. 2 Chris 18 fév 2010 à 23:33

    Je viens de voir Into the Wild, et je n’arrive pas à cette conclusion d’héroïsme, de réalisation d’un rêve de gosse. J’ai de la peine pour cet homme qui est passé près du bonheur sans le voir pendant près de deux ans, et qui est mort seul en comprenant que ce n’était pas la solitude qui avait fait son bonheur, mais le chemin pour arriver à cette solitude, et les rencontres qui avaient jalonné son parcours.
    « Happiness is real when shared ». Il l’a compris trop tard.
    Magnifique film, magnifique leçon de vie…
    A voir, et à revoir, pour ne pas oublier que le bonheur ne se cherche pas, il est fait de ces petits morceaux de quotidien qu’on partage avec ceux qu’on aime.

    Répondre

  4. 3 athisha 19 fév 2010 à 9:25

    Je pense que peut-être dans notre monde actuel, on fait croire aux hommes que le bonheur s’achète ou se mérite, l’apparence est très importante, ainsi que cet esprit de compétition présent dés l’enfance qui doit aboutir à une réussite casi obligatoire soit disant garante du bonheur. Alors pour démeller tout ça le cheminement de Christopher semble pour moi très intéressant, je le trouve même « transcendant », c’est très beau en fait, même si la conclusion nous ramène au fondamental de la vie qui devrait être « évident » pour chacun.

    Répondre

  5. 4 Chaimae 26 oct 2010 à 22:23

    salut je viens de voir le film hier et l’histoire ca m’a beaucoup plus on m’a demandé à Lécole de faire un éxposé sur un éxplorateur alors si je faisais christopher mcCandless aurai-je une bonne note ???

    Répondre

  6. 5 athisha 27 oct 2010 à 10:04

    Je ne sais pas trop si C.McCandless peut-être considéré comme un explorateur par le système scolaire, pour moi il l’est en quelque sorte, c’est un explorateur de la vie en somme !

    Répondre

  7. 6 gianfra 12 avr 2011 à 7:55

    J’ai vu le film Into the wild hier soir vraiment par hasard, de plus sur une chaîne anglaise et en anglais, langue dans laquelle je me débrouille mais je n’y comprends rien lorsque je regarde un film.
    Mais j’ai compris de suite de quoi cela parlais et j’ai voulu le voir.
    Super film, superbe histoire. De plus, j’ai découvert au générique de la fin qu’il s’agissait d’une histoire vraie, le nom de Christopher et j’ai eu envie d’en savoir plus, d’où mon arrivée sur ce blog. Alors là, malgré la fin tragique, je me suis dit : je voulais depuis tout petit faire cela, vivre en totale indépendance de tout, je ne l’ai pas fait, j’aimerais tjs le faire, reste en attente et restera probablement en attente. Mais au moins cela me réconforte, il y a tout de même des être qui ont le courage d’assumer et de réaliser leurs rêves.
    Alors je me console avec des voyages improvisés mais, qui sait, le Tibet m’attends et j’irais peut être un jour! La vie est courte, réalisons tous ce que nous voulons et pouvons.

    Répondre

  8. 7 athisha 12 avr 2011 à 17:45

    Ne pas oublier comme l’a dit Chris, qu’il écrit à la fin de son expérience que le bonheur n’est réel que lorsqu’il est partagé, et que de se couper ainsi de toute civilisation n’est pas une non plus « la solution » garante d’une vie heureuse, c’est une belle leçon de vie en tout cas qu’il nous laisse !

    Répondre

Laisser un commentaire


Tout oublier. Ouvrir la fenêtre. Vider la chambre. Elle est traversée par le vent. On ne voit que le vide, on cherche dans tous les coins et l'on ne se trouve pas. F KafKa

Auteur:

athisha

Mon nouveau Forum

http://athisha.forumactif.net/
  • Album : Mapplethorpe - Photographe
    <b>robertmapplethorpe.jpg</b> <br />

J’adore !

J’adore !

«On n'est peut-être pas fait pour un seul moi.» «On n'est pas seul dans sa peau.» «La jeunesse, c'est quand on ne sait pas ce qui va arriver.» «Je cherche un être à envahir.» On veut trop être quelqu'un.» «Il cherche la jeunesse à mesure qu'il vieillit. Il l'espérait. Il l'attend encore. Mais il va bientôt mourir.» Henri Michaux

Les oiseaux noirs !

Les oiseaux noirs !

La Musique

La Musique

Les anges déchus

Les anges déchus

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Kate Bush

Kate Bush

Les chats

Les chats

février 2009
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
232425262728  

A cup of tea

A cup of tea

Lire et rêver !

Lire et rêver !

l’Art et le cinéma

l’Art et le cinéma

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


BAB BERRED |
dylan0000 |
Plug-in or not plug-in |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ché wam..
| Laurent Krauland
| Bloguetrotteur