Personnes douées du talent de penser autrement…

Plus de six millions de dyslexiques en France. A part cela j’entends encore dire par certains que la dyslexie n’existe pas !

D’après certains spécialistes, en particulier en France, elle constitue toujours une médicalisation excessive de questions pédagogiques et psycho-sociales. En Amérique du Nord et dans les pays scandinaves, au contraire, elle est considérée comme constitutionnelle, avec une forte composante génétique, les facteurs socio-pédagogiques réalisant seulement des conditions potentiellement aggravantes. Il existe néanmoins un consensus pour affirmer que la dyslexie ne doit pas englober tous les troubles de lecture.

 

Génétique

Les dyslexiques ont souvent des antécédents familiaux, mais ce n’est pas suffisant pour affirmer qu’il s’agit d’un caractère inné lié à la génétique.

Plusieurs équipes scientifiques ont affirmé avoir découvert le gène de la dyslexie. Leurs résultats se contredisent puisqu’il s’agit de gènes différents (quatre en 2006), mais ils convergent puisque ces gènes sont tous impliqués dans un même mécanisme : la migration neuronale.

 

 Pédagogie

Il a été parfois avancé que certaines méthodes pédagogiques pourraient être à l’origine du trouble, ou plutôt aujourd’hui qu’elle le mettrait en évidence. C’est une accusation qui a par exemple souvent été proféré à l’encontre de la « méthode globale » et de la méthode « semi-globale » qui auraient eut pour effet d’amplifier les difficultés d’apprentissage de la lecture et de l’écriture pour les dyslexiques.

Aucune étude n’a mis en évidence un lien de causalité entre la méthode pédagogique utilisé et des troubles liés à la dyslexie (et la méthode véritablement globale n’a en fait jamais été employée qu’à titre expérimental)

Neurologie

Un lien avec la latéralisation cérébrale, a été mis en évidence grace à l’électroencéphalogramme : Dans une activité de langage, et par rapport à la norme, les dyslexiques ont de façon quasi systématique une activité réduite du lobe pariétal gauche et une activité plus importante du lobe droit.

Il existe aussi des dyslexies acquises (suite à un accident cérébral par exemple), appelées aussi alexies, qui ont été utilisées dans les travaux de Carl Wernicke et de Paul Broca au début du XXe siècle dans l’étude du rôle de chaque hémisphère cérébral. Etudes affinées par Roger Wolcott Sperry, prix Nobel pour ces travaux sur l’asymétrie cérébrale, qui affine le principe et oppose :

  • un hémisphère plutôt logique, analytique, qui accepte « l’absolu », le gauche, celui du verbal ;
  • un hémisphère qui fonctionne plutôt par acquisitions analogiques, plus « relatif », le droit, celui qui crée les images mentales (pas uniquement visuelles, mais liées aux sens et au rapport à l’espace et au temps).

Sans que cela permettre de dire si le trouble est d’origine neurologique, l’effet neuronal de la dyslexie est clairement affirmé par les spécialistes

Une étude d’un neurologue marseillais, le Docteur Habib, confirme le lien, en observant une concordance entre neurones surnuméraires et dyslexie. Le dyslexique aurait un excès de neurones qui constitueraient des ectopies corticales ralentissant la connexion entre les deux hémisphères du cerveau.

On peut noter que les chercheurs en sciences cognitives tentent souvent d’associé la dyslexie des perturbations dans les domaines suivants :

  • conscience phonologique ;
  • analyse séquentielle ;
  • discrimination visuelle ou auditive ;
  • latéralisation ;
  • mémorisation ;
  • orientation dans le temps ou l’espace.

Psychologie

La psychanalyse (et certaines psychologies cliniques qui s’en inspirent) proposent d’autres voies de compréhension liées à l’affect. Dolto rapporte un exemple de dyslexie acquise collective lors de l’évacuation des jeunes parisiens, loin de la capitale, avec leurs institutrices. L’explication proposée plus tard par Guy Rosolato ou Gérard Haddad sera une difficulté dans la structuration psychique et en particulier dans les images d’identification parentales. Celle-ci exprimerait un dysfonctionnement entre identité sexuelle, organisation de la personnalité et signifiants symboliques.

Selon cette approche, le symbole demanderait, pour être facilement assimilé, d’avoir une construction psychologique proche de celle qui l’a engendré. Il serait lié à une représentation subjective du monde en général, et donc du schéma familial constitutif en particulier.

(Wikipédia)

0 commentaire à “Personnes douées du talent de penser autrement…”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Tout oublier. Ouvrir la fenêtre. Vider la chambre. Elle est traversée par le vent. On ne voit que le vide, on cherche dans tous les coins et l'on ne se trouve pas. F KafKa

Auteur:

athisha

Mon nouveau Forum

http://athisha.forumactif.net/
  • Album : Mapplethorpe - Photographe
    <b>robertmapplethorpe.jpg</b> <br />

J’adore !

J’adore !

«On n'est peut-être pas fait pour un seul moi.» «On n'est pas seul dans sa peau.» «La jeunesse, c'est quand on ne sait pas ce qui va arriver.» «Je cherche un être à envahir.» On veut trop être quelqu'un.» «Il cherche la jeunesse à mesure qu'il vieillit. Il l'espérait. Il l'attend encore. Mais il va bientôt mourir.» Henri Michaux

Les oiseaux noirs !

Les oiseaux noirs !

La Musique

La Musique

Les anges déchus

Les anges déchus

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Kate Bush

Kate Bush

Les chats

Les chats

octobre 2008
L Ma Me J V S D
« sept   nov »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

A cup of tea

A cup of tea

Lire et rêver !

Lire et rêver !

l’Art et le cinéma

l’Art et le cinéma

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


BAB BERRED |
dylan0000 |
Plug-in or not plug-in |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ché wam..
| Laurent Krauland
| Bloguetrotteur