Ballade avec les mots… 1980

Et écrire encore… élixir des douleurs…

Chercher les mots qui disent ce que nous sommes à certains moments de notre vie…

Essayer de définir dans l’espace du temps qui passe…  qui nous sommes vraiment…

Le savons-nous ?

Enlever la douleur, là au fond du ventre, l’arracher violemment…

Impossible de le faire dans la douceur…

Se faire mal à rester coucher, à se lamenter, à se détester…

Et déchirer notre vie en mille morceaux pour mieux l’oublier…

Quand nous ne sommes plus rien… plus rien…

Quand l’attente est vide à certains moments de notre vie…

Quand je cherche encore une main qui caresse… qui soulage…

Quand mon corps me dit que je suis encore vivante…

Quand j’ai encore peur de moi… de celle que je suis… toujours…

Et les mots font mal à dire…

Il y a mille ans de ça… j’existais sur cette terre…

Mais je l’ignorais…

Il y a mille ans de ça…

J’étais déjà là… je riais… fermant les yeux sur la réalité… 

Je jouais peut-être à vous faire mal…

Il y a mille ans de ça…

J’étais une enfant turbulente qui s’étourdissait dans le bruit…

Et dansait… et dansait pour faire éclater toutes les barrières, tous les empêchements…

Qui offrait son corps pour un mot…

Un seul mot chuchoté… un mot d’amour…

Et faire éclater les frontières et entrer dans le plaisir…

Qui dit qu’on est vivant… qui dit qu’on est vivant sur cette terre…

Entrer dans le plaisir qui fait oublier…

Tu sens son souffle chaud, sa respiration…

Au moindre mouvement elle partira…

Quand les mots sont vains…

Elle est perdue parfois, si fragile en apparence, si forte dans son malheur, éparpillée toujours…

Elle est comme une enfant qui a juste besoin d’amour pour vivre…

D’un regard sur elle…

2 commentaires à “Ballade avec les mots… 1980”


  1. 0 mimi 8 sept 2008 à 19:18

    les mots, il y a des mots qui se rencontrent…j’ai utilisé ce bout de phrase dans un de mes poèmes « Il y a mille ans de ça »

    Répondre

  2. 1 athisha 8 sept 2008 à 20:36

    les mots se rejoignent, peut-être entendus, lus déjà, j’aime la démesure de cette expression et je n’ai pas dû l’inventer, ça rejoint une autre expression chinoise que l’on dit je crois à l’occasion d’anniversaires ou autres, on souhaite mille ans de bonheur !

    Répondre

Laisser un commentaire


Tout oublier. Ouvrir la fenêtre. Vider la chambre. Elle est traversée par le vent. On ne voit que le vide, on cherche dans tous les coins et l'on ne se trouve pas. F KafKa

Auteur:

athisha

Mon nouveau Forum

http://athisha.forumactif.net/
  • Album : Mapplethorpe - Photographe
    <b>robertmapplethorpe.jpg</b> <br />

J’adore !

J’adore !

«On n'est peut-être pas fait pour un seul moi.» «On n'est pas seul dans sa peau.» «La jeunesse, c'est quand on ne sait pas ce qui va arriver.» «Je cherche un être à envahir.» On veut trop être quelqu'un.» «Il cherche la jeunesse à mesure qu'il vieillit. Il l'espérait. Il l'attend encore. Mais il va bientôt mourir.» Henri Michaux

Les oiseaux noirs !

Les oiseaux noirs !

La Musique

La Musique

Les anges déchus

Les anges déchus

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Kate Bush

Kate Bush

Les chats

Les chats

septembre 2008
L Ma Me J V S D
« août   oct »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

A cup of tea

A cup of tea

Lire et rêver !

Lire et rêver !

l’Art et le cinéma

l’Art et le cinéma

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


BAB BERRED |
dylan0000 |
Plug-in or not plug-in |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ché wam..
| Laurent Krauland
| Bloguetrotteur