Merveilleuse Hélène Grimaud

« C’est la musique qui m’a sauvée, dit-elle avec une ombre de gaieté. Je n’étais même pas douée. Mais j’avais pour la première fois une sensation de délivrance, d’évasion. Peu m’importait au fond qu’il s’agisse du piano ? j’étais plutôt attirée par le violoncelle ? mais ma seule angoisse était que ce tourbillon nouveau s’arrête un jour… »

« Vers 6 ans, quand je me blessais à une main ou à une jambe, je m’infligeais aussitôt la même blessure à l’autre main ou à l’autre jambe, en symétrie. C’était la seule manière de ne plus éprouver la sensation d’être subitement au bord d’un précipice, de retrouver une paix intérieure. Plus tard, je me mis à sortir tous les vêtements de mes placards, pour les replier inlassablement, avec une règle. Il fallait que je retrouve le même nombre de millimètres de part et d’autre du col. Vers les 15 ans, ce fut un problème d’espace. En tournée, quand je rentrais dans ma chambre d’hôtel, je réorganisais tout selon mon ordre personnel. Quand je revenais tard dans la nuit, après une répétition ou un concert, si la femme de chambre avait tout remis d’aplomb, je ne pouvais pas allumer la lumière avant d’avoir replacé tous les objets selon ma perception initiale. Cela m’a passé vers mes 20 ans. J’étais au Japon, au 78e étage d’un hôtel. Je venais d’acheter un pull magnifique avec un motif de dauphins. Toute la nuit, je me suis posé une question fondamentale : « Vais-je le porter ou non ? Car, si je le porte, je risque de l’abîmer. » Au petit matin, j’ai ouvert la fenêtre et j’ai balancé le pull ! J’en avais marre d’être esclave de mes obsessions ! »

« Subitement, j’ai pris conscience que la musique n’était pas uniquement liée au piano. J’ai mesuré l’étroitesse de mon horizon, moi qui avais abordé le piano comme une bouée de sauvetage, en ingurgitant tout ce que je pouvais en un temps record, entre 9 et 15 ans. Je suis sortie d’une période où j’abordais les oeuvres comme elles me venaient. Je me suis mise à réfléchir. Jusqu’à une paralysie névrotique. Tant que je n’avais pas envisagé toutes les options d’une oeuvre, je n’avançais plus. Une fois que je les avais toutes en tête, je ne me décidais pas. En musique, tout, et son contraire, est valide. C’est le festival de musique de chambre du violoniste Gidon Kremer, à Lockenhaus, qui m’a appris à mettre les éléments en perspective. Et à trancher. Aujourd’hui, j’attaque une oeuvre directement au piano, dans la matière musicale, car je tiens à cette dimension primitive de plaisir. Une fois cette familiarité créée avec l’instrument, je m’en éloigne, partition en main. Sa lecture vérifie souvent mes premières intuitions. Mais le fait d’imaginer d’autres phrasés, d’autres tempi, d’autres dynamiques, d’autres couleurs renouvelle les points de vue, défriche des pistes. Même si, ensuite, je reviens à mon premier jet, il prendra une dimension autre. C’est toute la différence entre ne pas choisir et choisir en sachant pourquoi. Est-ce un chemin à parcourir pour constamment se vérifier soi-même ou un rituel de travail ? « 

Merveilleuse Hélène Grimaud dans Littérature 600_oest

1 commentaire à “Merveilleuse Hélène Grimaud”


  1. 0 mimi 1 sept 2008 à 16:36

    tiens ça me donne envie de l’écouter…

    Répondre

Laisser un commentaire


Tout oublier. Ouvrir la fenêtre. Vider la chambre. Elle est traversée par le vent. On ne voit que le vide, on cherche dans tous les coins et l'on ne se trouve pas. F KafKa

Auteur:

athisha

Mon nouveau Forum

http://athisha.forumactif.net/
  • Album : Mapplethorpe - Photographe
    <b>robertmapplethorpe.jpg</b> <br />

J’adore !

J’adore !

«On n'est peut-être pas fait pour un seul moi.» «On n'est pas seul dans sa peau.» «La jeunesse, c'est quand on ne sait pas ce qui va arriver.» «Je cherche un être à envahir.» On veut trop être quelqu'un.» «Il cherche la jeunesse à mesure qu'il vieillit. Il l'espérait. Il l'attend encore. Mais il va bientôt mourir.» Henri Michaux

Les oiseaux noirs !

Les oiseaux noirs !

La Musique

La Musique

Les anges déchus

Les anges déchus

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Kate Bush

Kate Bush

Les chats

Les chats

août 2008
L Ma Me J V S D
« juil   sept »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

A cup of tea

A cup of tea

Lire et rêver !

Lire et rêver !

l’Art et le cinéma

l’Art et le cinéma

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


BAB BERRED |
dylan0000 |
Plug-in or not plug-in |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ché wam..
| Laurent Krauland
| Bloguetrotteur