Les femmes qui lisent sont-elles dandereuses ?

Les femmes qui lisent sont-elles dandereuses ?  dans Littérature elles

Présentation de l’éditeur
Les femmes et la lecture dans l’art occidental  » Les livres ne sont pas des objets comme les autres pour les femmes ; depuis l’aube du christianisme jusqu’à aujourd’hui, entre nous et eux, circule un courant chaud, une affinité secrète, une relation étrange et singulière tissée d’interdits, d’appropriations, de réincorporations.  » Laure Adler.

C’est la question polémique posée par un livre richement illustré, best-seller à l’étranger et qui arrive en France. Marie Desplechin l’a lu pour nous

Sous ses apparences de beau livre, Les femmes qui lisent sont dangereuses n’a rien du catalogue bien emballé, du pavé jamais ouvert qui orne les tables basses. Il agit comme une affirmation, comme une preuve, et comme une restauration. Il suffit de le feuilleter pour entrer dans son propos: depuis que la peinture existe en Occident (et que la photographie la complète), les femmes sont représentées un livre à la main, de Marie (la Vierge) à Marilyn (l’Etoile). Les femmes lisent, les femmes ont toujours lu: voilà une vérité qui ne souffre pas d’interprétation. C’est vrai, parce que c’est représenté, et par des hommes, dans l’immense majorité des cas.

438015_carbo dans Littérature

© DR

Après le bal, par Ramon Casas y Carbo (1895).
Quand Flammarion achète les droits du livre de l’historien d’art allemand Stefan Bollmann, l’éditeur demande à Laure Adler d’en préfacer l’édition française. Historienne, spécialiste de l’histoire des femmes, elle entame une recherche sur le thème des femmes et de la lecture. «J’ai cherché, en bibliothèque, sur Internet… et je me suis aperçue qu’il n’existait rien.» On trouve bien, notamment dans Une histoire de la lecture, d’Alberto Manguel (Actes Sud), des informations sur ce couple si particulier que forment la femme et le livre, et sur les interdits qui l’entravent. Mais elles apparaissent comme des détails insérés dans une fresque. «Tout reste à faire. Il y a là un énorme champ de travail à défricher.» Parce qu’il se présente à la fois comme une révélation et comme une invitation, Les femmes qui lisent sont dangereuses est un livre incroyablement excitant.

Le plus étonnant, dans tout cela, c’est peut-être notre étonnement. Toutes ces femmes peintes et photographiées un livre (ou un journal) à la main, ça ne s’était jamais vu. Les femmes, nous avions plutôt le souvenir de les avoir vues en pâmoison, en maternité, en prière, en deuil, au bal, à la toilette, à l’église, au bordel, à l’atelier, et même au travail… Mais à la lecture, non. Ou alors on ne se souvenait pas qu’elles étaient si nombreuses. Si constantes aussi, au travers des siècles.

Le premier mérite des Femmes qui lisent… est là: nous mettre face à notre surprise. Vous ne saviez pas qu’elles lisaient? Vous aviez entendu parler de celles qui écrivaient, pourtant? De Louise Labé, de Mme de La Fayette, de Jane Austen, des sœurs Brontë… Certes, vous pouviez vous dire que celles-là étaient exceptionnelles. Des cas d’espèce. Des presque monstres. Mais la surprise naît de voir les autres, les normales, les banales, les innombrables, les mères, leurs filles, leurs sœurs, plongées «naturellement» dans cette activité familière, la lecture.

Son deuxième mérite est de nous ramener à l’évidence. Allons, allons… Dans le fond, nous le savions. «De manière subliminale», dit Laure Adler. Nous le savions par nos mémoires familiales (mères, grand-mères, arrière-grand-mères…), par les livres eux-mêmes, par ce qui nous reste de nos connaissances en histoire. Les dames de cour, les femmes savantes, les Bovary, jusqu’à la merveilleuse Sonietchka, de Ludmila Oulitskaïa (Gallimard), elles lisaient, comme elles lisent encore, parfois à s’en détruire l’existence. La lecture, nous le savions d’une certaine manière, a toujours été une passion très féminine. Mais voilà, c’est un peu comme la «lettre volée»: l’évidence nous aveuglait.

Que la lecture soit l’affaire des femmes, le travail des peintres et des photographes en donne une idée plus lumineuse et plus vraie que ne le feront jamais des comptes ou des statistiques. Tout, dans les corps et les visages, s’accorde à cette formidable activité mentale: les visages rêveurs ou concentrés, les corps ramassés ou alanguis, les mains gracieuses et précises… Les décors sont des lieux qui transpirent le plaisir – jardins en été, canapés, fauteuils profonds – et même le bonheur – lits, chambres, intérieurs domestiques… Nues, joliment déshabillées, parfois splendidement vêtues, les femmes qui lisent sont belles. Comment mieux dire que la lecture est toute sensualité, et parfois tout amour?

par Marie Desplechin

0 commentaire à “Les femmes qui lisent sont-elles dandereuses ?”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Tout oublier. Ouvrir la fenêtre. Vider la chambre. Elle est traversée par le vent. On ne voit que le vide, on cherche dans tous les coins et l'on ne se trouve pas. F KafKa

Auteur:

athisha

Mon nouveau Forum

http://athisha.forumactif.net/
  • Album : Mapplethorpe - Photographe
    <b>robertmapplethorpe.jpg</b> <br />

J’adore !

J’adore !

«On n'est peut-être pas fait pour un seul moi.» «On n'est pas seul dans sa peau.» «La jeunesse, c'est quand on ne sait pas ce qui va arriver.» «Je cherche un être à envahir.» On veut trop être quelqu'un.» «Il cherche la jeunesse à mesure qu'il vieillit. Il l'espérait. Il l'attend encore. Mais il va bientôt mourir.» Henri Michaux

Les oiseaux noirs !

Les oiseaux noirs !

La Musique

La Musique

Les anges déchus

Les anges déchus

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Kate Bush

Kate Bush

Les chats

Les chats

août 2008
L Ma Me J V S D
« juil   sept »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

A cup of tea

A cup of tea

Lire et rêver !

Lire et rêver !

l’Art et le cinéma

l’Art et le cinéma

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


BAB BERRED |
dylan0000 |
Plug-in or not plug-in |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ché wam..
| Laurent Krauland
| Bloguetrotteur