• Accueil
  • > Archives pour juillet 2008

Archives pour juillet 2008



Francesca Woodman, la fille éclatée – Photographe

«Mais je viens de m’apercevoir qu’un éclat de miroir servait simplement à trancher une paupière.» Extrait des mots doux qu’écrivait Francesca Woodman (1958-1981), qui plongea par la fenêtre de son appartement, à Manhattan, le 19 janvier 1981. Derrière elle, une œuvre composée de journaux intimes, de quelques poèmes et de nombreuses photographies.

Dont son premier autoportrait, à 13 ans, où elle joue à cacher son visage.

Le plus souvent, elle pose nue et prend possession du cadre avec beaucoup d’énergie, comme une sportive à l’entraînement. Elle flirte aussi avec le surréalisme pour aménager ses petits mélodrames narcissiques. Elle est d’une intense beauté, mystérieuse, légèrement vénéneuse.

Francesca Woodman, la fille éclatée - Photographe dans Photographes 3261b

Poursuivre la lecture ‘Francesca Woodman, la fille éclatée – Photographe’

Amy Crehore – Peintre

Amy Crehore - Peintre dans Peinture adejav10

Yves Simon – Les souffrantes

http://www.dailymotion.com/video/xljhp

Fiona Apple – Across The Universe

http://www.dailymotion.com/video/x3l70g

Etheldreda Janet Laing – Photographe

Etheldreda Janet Laing - Photographe dans Photographes inara_10

Nancy Huston – Contre le mythe de l’autoengendrement

Contre le mythe de l’autoengendrement

Ce qu’elle accepte, c’est de renoncer au fantasme de la maîtrise. Elle admet qu’elle ne contrôle pas tout – ni l’organisation de son temps que bouleverse la venue d’un enfant, ni son destin. Ce sentiment, loin de l’angoisser, lui procure même une sorte d’euphorie. Elle se souvient ainsi des premiers jours de la maladie neurologique qui l’a terrassée pendant plusieurs mois : « Plus mon corps s’engourdissait, plus je devenais joyeuse ; mes amis n’y comprenaient rien. Je n’oublierai jamais la joie qui s’est emparée de moi quand le brillant neurologue de l’hôpital français le plus célèbre pour son service neurologique m’a annoncé : “Je vous garde.” Il m’arrivait donc vraiment quelque chose ! Et quelque chose de grave ! Sans que j’y puisse rien ! » Vers la fin de sa grossesse, elle raconte une sortie en famille au Bois de Vincennes : « Tandis que les autres jouent au foot et au Frisbee, je m’installe avec un livre sur un banc au soleil. Handicapée : alors par la maladie, maintenant par la grossesse. Je suis cette personne qui voudrait courir et ne le peut pas. Je suis ce corps empêché (…). A quelles illusions dois-je renoncer devant ce constat d’évidence ? (…) Nul doute que je ne “coïncide pas avec moi-même” (but de la vie selon Beauvoir) – si tant est que “moi-même” veuille dire, et ne dire que : mon désir, mon esprit, ma volonté. »

Poursuivre la lecture ‘Nancy Huston – Contre le mythe de l’autoengendrement’

Mervyn Joseph O’Gorman – Photographe

Mervyn Joseph O'Gorman - Photographe dans Photographes o_gorm10

Nancy Huston, romancière et essayiste

On aime l’essayiste pour la sagacité avec laquelle elle démonte les antagonismes entre le corps et l’esprit, l’art et la vie, le réel et l’imaginaire, la création et la procréation, la nature et la culture, et pour sa capacité à nourrir sa réflexion de ce que lui inspirent ses sensations physiques, ou les tâches du quotidien, autant que les références littéraires. On aime la romancière pour sa sensualité, pour son talent à dire les éblouissements de l’amour et les beautés de la vie aussi bien que la violence, la folie, la perversion, la tragédie ; pour cette écriture qui fouille la chair de son lecteur autant que celle de ses personnages. La parution de Une adoration, son nouveau roman, était une bonne occasion de rendre visite à Nancy Huston, écrivaine à l’existence démultipliée – par une aisance égale dans les registres francophone et anglophone (d’origine canadienne, elle est installée à Paris depuis trente ans) ; par la « quatrième dimension » que lui offrent les pouvoirs de l’imaginaire ; et par sa conscience heureuse, aiguë, de toutes les histoires, toutes les idées, toutes les richesses qui lui viennent des autres, et qu’elle s’est incorporées au cours de ses 49 ans de vie, à travers, dit-elle, « mes rencontres, mes amours, mes lectures, la maternité, l’amitié, les voyages ». « La solitude c’est la plus grande illusion de notre espèce », affirme l’un de ses personnages ; peu de gens repoussent aussi résolument et aussi loin qu’elle les parois du « moi ».

(JPG) 

Poursuivre la lecture ‘Nancy Huston, romancière et essayiste’

Nancy Huston – Journal de la création

Nancy Huston - Journal de la création dans Littérature huston3 

En février 1988, Nancy Huston participe au Centre Pompidou à Paris à une table ronde autour de la romancière américaine Djuna Barnes. Elle raconte : « Agacée par la teneur biographisante de mes remarques, une autre femme écrivain a fini par lancer cette boutade : “En ce qui me concerne, la biographie n’est que le résidu de l’œuvre.” Jolie formule (est-ce d’elle ?) – jolie et affligeante. Formule moderne, ça ne fait pas de doute ; et combien méprisante pour la plupart des personnes dans l’assistance, sommées d’admettre que leur existence quotidienne est entièrement dépourvue de valeur, du moment qu’elle ne sera jamais miraculée en Art… Ainsi, le tiède et tendre baiser posé par les lèvres de ma fille sur mes lèvres à moi, ce matin devant l’école, n’aurait eu aucun sens si je ne l’avais retranscrit ici ? »

Poursuivre la lecture ‘Nancy Huston – Journal de la création’

123456

Tout oublier. Ouvrir la fenêtre. Vider la chambre. Elle est traversée par le vent. On ne voit que le vide, on cherche dans tous les coins et l'on ne se trouve pas. F KafKa

Auteur:

athisha

Mon nouveau Forum

http://athisha.forumactif.net/
  • Album : Mapplethorpe - Photographe
    <b>robertmapplethorpe.jpg</b> <br />

J’adore !

J’adore !

«On n'est peut-être pas fait pour un seul moi.» «On n'est pas seul dans sa peau.» «La jeunesse, c'est quand on ne sait pas ce qui va arriver.» «Je cherche un être à envahir.» On veut trop être quelqu'un.» «Il cherche la jeunesse à mesure qu'il vieillit. Il l'espérait. Il l'attend encore. Mais il va bientôt mourir.» Henri Michaux

Les oiseaux noirs !

Les oiseaux noirs !

La Musique

La Musique

Les anges déchus

Les anges déchus

Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

Kate Bush

Kate Bush

Les chats

Les chats

juillet 2008
L Ma Me J V S D
« juin   août »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A cup of tea

A cup of tea

Lire et rêver !

Lire et rêver !

l’Art et le cinéma

l’Art et le cinéma

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


BAB BERRED |
dylan0000 |
Plug-in or not plug-in |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ché wam..
| Laurent Krauland
| Bloguetrotteur