La beauté…

« La beauté n’est pas une qualité inhérente aux choses elles-mêmes, elle existe seulement dans l’esprit qui la contemple, et chaque esprit perçoit une beauté différente », « le plaisir et la douleur ne sont pas seulement les compagnons nécessaires de la beauté et de la laideur, ils en sont l’essence même ». David Hume

Dire d’une personne, d’un objet, ou même d’une idée qu’il est beau, c’est lui reconnaître une certaine propriété jugée comme positive : la beauté. Mais celle-ci n’est pas d’ordre logique ou scientifique : on ne peut affirmer qu’un objet est beau par les seules lois de la connaissance physique ou mathématique. Elle n’est pas d’ordre moral : un homme beau n’est pas nécessairement un homme vertueux. Elle n’est pas non plus d’ordre pratique : un bel objet n’est pas nécessairement utile. Elle est « esthétique » au sens kantien, puisque ses principes déterminants sont subjectifs : il appartiendrait à l’individu seul de juger de ce qui est beau. Dès lors la réflexion sur le beau pose des difficultés particulières.

Kant, dans la Critique de la faculté de juger (1790), considère qu’il n’y a ni règle ni critère de beauté. Mais Kant remarque aussi que la beauté n’est pas nécessaire à la satisfaction et réciproquement. De plus il souligne qu’il y a dans tout jugement de goût une prétention à l’universalité. Elle n’est simplement pas démontrable : « Est beau ce qui plait universellement sans concept. » La beauté est pour Kant une « satisfaction désintéressée », aucun intérêt pour l’existence de l’oeuvre ne doit rentrer en compte dans le jugement de goût. La beauté de l’oeuvre doit éveiller en nous une satisfaction pure, qui ne sous entend aucun désir de consommation à l’égard de l’oeuvre.

Chez Platon, le beau est associé au vrai et au bien comme une des idées les plus élevées. L’intuition de la beauté en soi, est supérieure à la jouissance provoquée par les beaux objets particuliers. Dans le Banquet, il montre comment on peut passer du désir des beaux corps à l’amour des belles âmes pour parvenir à la contemplation de la beauté en soi. Etre beau, c’est alors se rapprocher d’un idéal, c’est être ce qui doit être, ce qui assimile la beauté à la perfection esthétique. On associe parfois l’harmonie avec l’ordonnancement mathématique, comme en musique ou dans la fameuse sectio aurea ou encore chez Platon et les pythagoriciens.

En reprenant les trois étapes de l’initiation à la Beauté : la purification, l’ascension et la contemplation, Platon donne une forme dialectique aux mystères orphiques de l’ascension de l’âme vers le divin. Il opère ainsi l’opposition entre le logos et le mythe dans la conception de l’Éros.

Platon, comme Aristote après lui, associe le beau et l’harmonieux, dans lequel chaque partie d’un ensemble est accordée au tout. (Voir par exemple la conception tripartite de l’âme ou de la cité dans La République.)

Hegel, affirme une différence conceptuelle entre le beau de nature et le beau artistique. Pour lui, le beau artistique est «très au-dessus de la nature », parce qu’il est œuvre de l’esprit. Il a pour but « la présentation de la vérité » sous sa forme sensible et permet à l’homme d’accéder à la conscience de soi.

Chez Aristote, l’idée de beauté-finalité s’ajoute à celle de beauté-perfection : ce qui est beau n’est pas dû au hasard, mais est réalisé en vue d’un but . Ainsi l’imitation de la nature est contestée par Platon qui n’y voit que simulacre, mais est soutenue par Aristote dans la mesure où pour lui, la nature agit selon des fins qui rendent les choses belles.

 

 

3 commentaires à “La beauté…”


  1. 0 Ludo 21 juin 2008 à 21:24

    la question substantiel reste mais qu’es ce que la beautée???

    Répondre

  2. 1 athisha 22 juin 2008 à 3:27

    il y a autant de réponses que de personnes sur terre hein ? lol ! le sens des mots est personnel à chacun, c’est pour cela que c’est si difficile d’arriver à se comprendre, on le sait tous, mais on continue d’essayer quand même avec le langage ! lol !

    Répondre

  3. 2 mimi 22 juin 2008 à 20:39

    le fait essentiel c’est que la beauté s’écrit sans « e » à la fin ! lol !

    Répondre

Laisser un commentaire


Tout oublier. Ouvrir la fenêtre. Vider la chambre. Elle est traversée par le vent. On ne voit que le vide, on cherche dans tous les coins et l'on ne se trouve pas. F KafKa

Auteur:

athisha

Mon nouveau Forum

http://athisha.forumactif.net/
  • Album : Mapplethorpe - Photographe
    <b>robertmapplethorpe.jpg</b> <br />

J’adore !

J’adore !

«On n'est peut-être pas fait pour un seul moi.» «On n'est pas seul dans sa peau.» «La jeunesse, c'est quand on ne sait pas ce qui va arriver.» «Je cherche un être à envahir.» On veut trop être quelqu'un.» «Il cherche la jeunesse à mesure qu'il vieillit. Il l'espérait. Il l'attend encore. Mais il va bientôt mourir.» Henri Michaux

Les oiseaux noirs !

Les oiseaux noirs !

La Musique

La Musique

Les anges déchus

Les anges déchus

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Kate Bush

Kate Bush

Les chats

Les chats

juin 2008
L Ma Me J V S D
« mai   juil »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

A cup of tea

A cup of tea

Lire et rêver !

Lire et rêver !

l’Art et le cinéma

l’Art et le cinéma

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


BAB BERRED |
dylan0000 |
Plug-in or not plug-in |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ché wam..
| Laurent Krauland
| Bloguetrotteur